03 septembre 2010

Ségolène Royal a-t-elle ses chances pour 2012 ?

Ségolène Royal a choisi de rentrer dans le rang. Dans l’union des socialistes plutôt que dans la division. Malgré tous les reproches qu’on peut lui faire, la présidente de la région Poitou Charente, réélue à 61% dans sa région aux dernières élections, a fait là un choix raisonné et raisonnable, digne en tout cas, car selon elle, la gauche, au delà de sa propre personne, se doit de gagner les élections présidentielles de 2012 et sortir de l’ornière Sarkozy.

Malek Boutih, non sans raison, a souligné ces jours ci qu’elle aurait dû, suite à l’élection frauduleuse de Martine Aubry au congrès de Reims, marqué son indépendance vis à vis du Parti socialiste. Beaucoup de militants de Désirs d’avenir attendaient cela et pourtant force est de constater qu’ils ont décidé de rester soutenir l’ancienne candidate à la présidentielle. Sans doute parce que Ségolène Royal n’a jamais voulu, elle qui est socialiste depuis plus de trente ans, renoncé a quitter sa famille politique. Si l’appareil ne l’aime pas, il en va autrement des militants...Vu sous cet angle, a t-elle une chance de gagner les primaires de 2012 ?

C’est là sans doute sa plus grande chance : les militants...Personne n’y songe et l’intelligensia parisienne préfère s’en référer à d’improbables sondages - une question au passage : est ce que l’un d’entre vous, chers lecteurs, a été une seule fois sollicité par ces sondages ? moi et mon entourage : JAMAIS - Aucun sondage, dirigé pour la plupart par une certaine élite, ne semble objectif...

Prenons Dominique Strauss-Kahn...Quel Français moyen peut croire que cet homme, au delà de sa compétence, peut parvenir à réunir toute la gauche ? Ségolène Royal l’a intelligemment souligné : Il ne suffit pas d’avoir les compétences. Encore faut-il passer le cap d’une campagne. C’est à dire partir à la rencontre des Français. C’est la grande vertu qu’on a oublié de dire sur Ségolène Royal après le déluge de reproches qui lui ont été faits. Après l’échec de 2002, personne n’a songé, avec la démocratie participative, à lui faire l’éloge au moins d’une grâce : celle d’avoir fait amende honorable auprès des Français. prendre le temps de les écouter. Recréer le lien. Stupide ? Je ne crois pas. Quand le candidat PS se fait battre au premier tour par l’extrême droite, la moindre des choses était de redonner la parole aux Français. Et aujourd’hui, plus que jamais, cela semble d’actualité. La démocratie participative, tant critiquée, fait pourtant écho à cette carence dans la typologie de DSK. Compétent, certes, mais si loin de la France. Le monsieur du FMI qui a infligé un plan drastique à la Grèce - critiqué durement par Cohn Bendit. Le budget militaire grec serait odieusement élevé, sous prétexte d’une attaque éventuelle de la turquie sur Chypre, alors que les turcs ne demandent qu’à rentrer dans l’union européenne...Mais la France vend des armes à la Grèce, d’où son silence-, l’impopularité du FMI sur les peuples en général et l’éloignement de DSK du territoire "France" ne sont surement pas des atouts. DSK doit s’en douter, d’ailleurs. Beaucoup de sources évoquent également une certaine fascination de "MR FMI" sur les milieux d’argent...Aucun doute que si cela peut plaire à l’électorat de droite, celui de gauche, - en l’occurrence, celui qui se déplacera pour les primaires- sera bien plus difficile à convaincre... surtout en temps de crise et de bouclier fiscal !

Ajoutons à cela que DSK que l’on ressort comme le vainqueur des primaires selon les sondages s’est fait battre à pleine couture, dès le premier tour, par Ségolène Royal en 2006 à 60% contre 20%....

Rien n’est joué, donc...

Martine Aubry, souffre, elle, d’une image d’apparatchik. Largement renforcée par sa victoire frauduleuse au congrès de Reims. Toutes les victoires qu’elle a remportées récemment, elle les a menées sur les idées de Ségolène Royal : Non cumul des mandats, rénovation du parti, organisations des primaires...Elle surfe sur la victoire des régionales pour laquelle elle n’est pour rien...Dernier exemple flagrant sur la sécurité...Tous les chiffres - significatifs de l’échec de Sarkozy d’ailleurs, en charge de la sécurité depuis 2002- montrent que ce thème ne peut être évité aujourd’hui. Que ca plaise ou non. Qu’on soit de gauche ou de droite. Ségolène Royal s’est fait lyncher en 2006 quand elle a osé parler d’encadrement militaire pour les délinquants en 2006. Elle réitère ses propositions aujourd’hui et si Martine Aubry n’ose pas les reprendre, elle n’en pense pas moins...

Les Français ne sont pas dupes.

Prenons encore l’exemple de la réforme des retraites. Une loi, depuis 2 ans, permet ce qu’on appelle le référendum d’initiative populaire...Ségolène royal le martèle depuis des mois. Si 10% des votants inscrits sur les listes électorales et 20% du parlement pétitionnent, le gouvernement est OBLIGE de soumettre à référendum la réforme des retraites. A part Mélenchon, tout le monde à gauche le sait et personne ne le dit. A part Ségolène Royal qui a eu le mérite de le marteler pendant des mois...Si le PS est contre cette réforme, pourquoi n’organise t-il pas cette mobilisation citoyenne, par le moyen de la pétition - et avec les moyens qu’il a - comme Ségolène Royal le fait via "Désirs d’avenir’ ?

Cette dernière tant sur l’ordre juste, que sur la retour à une certaine morale publique, à un rafraîchissement de la vie démocratique, rabâche ses thèmes qui, jour après jour, se vérifient de plus en plus dans l’opinion publique...

Les primaires ne sont jouées, non...loin de là....Et Ségolène Royal, avec ses intuitions - la taxe carbone, par exemple- a encore un large tapis démocratique et populaire devant elle....

1 Commentaires:

At 4/9/10, Blogger tueursnet a écrit...

J’ai fait pour vous une petite analyse combinatoire
Pour que la grisaille politique ne vire pas au noir
Quatre catégories pour identifier notre cavalier expatrié :
Le cavalier qui joue…
Le cavalier qui ne joue pas…
Le cavalier qui est sérieux
Le cavalier qui n’est pas sérieux
Je ne vous déclinerai pas son profil psychologique, c’est pas très chic !
Néanmoins, je vais vous révéler ses tics, ses tocs ou ses tells !
Ne me dites surtout pas : What else ?
Ici , ( en mettant son doigt sur son front) n’est pas écrit CAFTEUSE !
One : Le cavalier qui joue : ne dit jamais ce qu’il veut… et ne fait jamais ce qu’il dit.
Two : Le cavalier qui ne joue pas : ne fait jamais ce qu’il veut, mais toujours ce qu’il peut.
Three : Le cavalier sérieux : fait toujours ce qu’il faut, et dit toujours ce qu’il fait.
Four : Le cavalier non sérieux : ne fait jamais ce qu’il faut et ne dit jamais ce qu’il fait.
Sachant que nous n’en savons rien
DSK ne nous dira jamais
Qui est qui ?

http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20DSK

 

Enregistrer un commentaire

<< Accueil